top of page

NEWS LETTER N°1 JANVIER 2024

Convaincu que l'activité physique EST devenu un élément central de la politique de prévention santé, j'ai souhaité en créant cette news letter mettre à votre disposition des informations utiles à la compréhension d'un écosystème centré sur le sport-santé. Vous trouverez sur ce site de nombreuses informations, études, textes de loi articles etc ... utiles j'espère pour évoluer ,en meilleure connaissance de cause, sur le marché de la remise en forme en particulier et du sport en général.

 BONNE LECTURE ! ET BONNE ANNEE 


 


TENDANCES 2024



LA PRATIQUE SPORTIVE 


  • Les pratiques sportives en France en 2023Après la forte hausse observée entre 2018 et 2022, la pratique sportive se stabilise en 2023 : 59 % des personnes âgées de 15 ans ou plus ont pratiqué une activité sportive régulière et 11 % de façon occasion￾nelle, taux proches de ceux observés en 2022. Le taux de pratique régulière est supérieur de cinq points par rapport à 2018. Ce regain d’appétence sportive est porté en particulier par l’univers de la marche et de la course à pied. Il résulte également de changements multiples : un rattrapage de la pratique des plus de 40 ans notamment, ainsi qu’une progression de certaines modalités de pratiques (cours en ligne, applications et sport à domicile). Enfin, la pratique sportive régulière reste très marquée socialement (21 pts d’écart entre ouvriers et cadres) et en fonction du genre (8 pts d’écart entre femmes et hommes). 


JO 2024



EDUCATION NATIONALE 


  • Renforcement du parcours sportif de l’élève à lire page 29 La pratique d’une activité sportive constitue un facteur de bien-être, de bonne La pratique d’une activité sportive constitue un facteur de bien-être, de bonne santé et de réussite. Elle s’ancre par ailleurs dans une culture et joue un rôle reconnu d’insertion sociale. C’est pourquoi l’École permet à tous les élèves de bénéficier d’un enseignement d’éducation physique et sportive obligatoire tout au long de leur scolarité et d’accéder à une pratique sportive complémentaire volontaire à travers le sport scolaire assuré par l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (Usep) et l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), pour ce qui relève de l’enseignement public, et par l’Union générale sportive de l’enseignement libre (UGSEL) pour ce qui relève de l’enseignement privé sous contrat. La présente circulaire décrit deux parcours d’approfondissement et de renforcement des pratiques sportives santé et de réussite. Elle s’ancre par ailleurs dans une culture et joue un rôle reconnu d’insertion sociale. C’est pourquoi l’École permet à tous les élèves de bénéficier d’un enseignement d’éducation physique et sportive obligatoire tout au long de leur scolarité et d’accéder à une pratique sportive complémentaire volontaire à travers le sport scolaire assuré par l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (Usep) et l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), pour ce qui relève de l’enseignement public, et par l’Union générale sportive de l’enseignement libre (UGSEL) pour ce qui relève de l’enseignement privé sous contrat. La présente circulaire décrit deux parcours d’approfondissement et de renforcement des pratiques sportives

  • 30 Minutes d'activité physique quotidienne à l'école primaire Le bilan La pratique d’une AP régulière et la lutte contre les comportements sédentaires sont aujourd’hui reconnues comme deux enjeux de santé publique distincts. Au regard des bénéfices de l’activité physique sur la santé et à l’inverse, des effets délétères de l’inactivité physique et des comportements sédentaires, des recommandations ont été formulées en faveur de la pratique d’AP et de la lutte contre la sédentarité. C’est notamment le cas pour les enfants, chez qui les pratiques actuelles détermineront pour beaucoup leurs comportements à l’âge adulte. Si ces recommandations ne semblent pas, à première vue, inatteignables, elles sont encore loin d’être atteintes puisque deux jeunes sur trois présentent aujourd’hui un risque sanitaire préoccupant caractérisé par le dépassement simultané des deux seuils sanitaires : plus de 2 heures de temps d’écran et moins de 60 minutes d’AP par jour (ANSES, 2016; Santé Publique France, 2017)



FINANCEMENT DU SPORT EN TERRITOIRE



SOCIOLOGIE - DEMOGRAPHIE


  • L’espérance de vie sans incapacité à 65 ans est de 11,8 ans pour les femmes et de 10,2 ans pour les hommes en 2022 L’espérance de vie sans incapacité correspond au nombre d’années que peut espérer vivre une personne sans être limitée par un problème de santé dans ses activités quotidiennes.En 2022, une femme de 65 ans peut espérer vivre encore 11,8 ans sans incapacité et 18,3 ans sans incapacité forte, quand un homme peut vivre encore 10,2 ans sans incapacité et 15,5 ans sans incapacité forte. Depuis 2008, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans a augmenté de 1 an et 9 mois pour les femmes et de 1 an et 6 mois pour les hommes. L’espérance de vie sans incapacité à la naissance, qui tient compte de la survenue éventuelle d’incapacités tout au long de la vie, a également augmenté de 9 mois pour les femmes entre 2008 et 2022 et de 1 an et 1 mois pour les hommes. Elle s’établit à 65,3 ans pour les femmes et à 63,8 ans pour les hommes.

  • Introduction. Body-building et mutation du corps dans nos sociétés modernesLe body-building1 fait partie du paysage des loisirs sportifs de notre société contemporaine comme moyen d’entretenir et de muscler son corps. Cette pratique de modification corporelle ne peut être envisagée que rationnellement construite et passe ainsi par une diététique stricte, un tra￾vail de musculation régulier, voire l’usage de produits. À outrance, il devient hors norme ! Le corps bodybuildé, pris dans sa dimension d’objet esthétique primordial, et fruit de techniques toujours plus poussées, crée l’ambiguïté et touche les limites de ce qui est possible et licite, de ce qui est acceptable et stigmatisé. Pourquoi chercher à atteindre cet idéal corporel ?


FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 




PRESCRIPTION APA 



ECOLOGIQUE 



SANTE DES POPULATIONS 



INEGALITES SOCIALES DE SANTE 


  • ISS - Regards sur les Inégalités Sociales de Santé

  • Les politiques du corps visant les milieux populaires Body politics for the people

  • Cet article s’intéresse aux modalités de la socialisation corporelle mobilisées dans le cadre de politiques publiques visant les milieux populaires. Bien que variées, ces mesures gouvernementales participent d’un ethos commun enjoignant les individus d’être « soi » et « responsables » d’eux-mêmes ainsi que de leur avenir, sur la base d’un « contrat » moral avec les responsables de ces mesures. De telles injonctions ne font pas simplement appel à la « raison » par « le retour sur soi-même ou sur sa pratique » dans le cadre d’entretiens, de stages ou de « suivis individuels » ; elles s’actualisent dans des « politiques du corps » visant à instaurer chez les individus qu’elles visent un nouveau rapport au corps et au monde. 


PREVALENCE DES PATHOLOGIES 




SPORT SUR ORDONNANCE 



LA CHARTE DE TORONTO 


  • La Charte de Toronto pour l’activité physique : un appel mondial à l’action

  • du 20 mai 2020 mais plus que jamais d'actualité .Les pays et les organismes engagés dans la promotion d’un mode de vie physiquement actif auraient avantage à adopter les principes directeurs suivants. Ces principes sont en accord avec le Plan d’action pour la lutte mondiale contre les maladies non transmissibles (2008) et avec la Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé (2004) de l’Organisation mondiale de la santé ainsi qu’avec d’autres chartes internationales de promotion de la santé. Pour augmenter la pratique d’activités physiques et réduire les comportements sédentaires, les pays et les organismes sont invités à : 1. adopter des stratégies fondées sur des données probantes pour cibler des populations entières et des groupes particuliers, notamment ceux qui doivent surmonter de sérieux obstacles;2. opter pour une approche fondée sur l’équité afin de réduire les inégalités sociales liées à la santé de même qu’à l’accès aux services, aux infrastructures et aux équipements sportifs et récréatifs;3. cibler les déterminants environnementaux, sociaux et individuels de l’inactivité physique;4. entreprendre des actions partenariales intersectorielles durables à l’échelle nationale, régionale et locale afin d’en maximiser l’effet;5. renforcer les capacités de toutes les personnes et organismes concernés en investissant dans la recherche, dans l’amélioration des pratiques, dans l’élaboration de politiques, dans l’évaluation de l’efficacité des mesures mises en place ainsi que dans la surveillance de l’état de santé de la population; 6. élaborer une approche qui s’adapte à l’évolution des besoins des individus tout au long de leur vie;7. plaider auprès des décideurs et de la population l’importance d’intensifier l’engagement politique et les ressources allouées à l’activité physique;8. tenir compte du contexte culturel et à moduler les stratégies en fonction des « réalités locales », des contextes et des ressources disponibles;9. faire en sorte que le choix d’être physiquement actif soit facile à faire pour tous les individus.


Comentários


Posts à l'affiche
Aucun post publié dans cette langue actuellement
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page